Spécialiste des formations
en alimentation et productions animales
25
Janvier
Journées Matières Premières 2018
Compte rendu

Une année 2017 plutôt calme

L’édition 2018 de la session annuelle de l’Aftaa consacrée aux matières premières, organisée en partenariat avec Agritel, s’organisait le 25 janvier dernier en trois temps forts : les céréales, les co-produits, les tourteaux.

Pour Michel Portier (Agritel), l’année 2017 se caractérise par la guerre des devises qui se poursuit début 2018 et qui, avec la baisse du dollar face à l’euro, plombe les exportations européennes.

– François Luguenot (analyste de marchés) estime que le commerce international des céréales connaît actuellement sa troisième révolution. La production mondiale dépasse une nouvelle fois et comme chaque année depuis six ans, la consommation. « Les prix des céréales restent douloureusement stables. Ils ne connaissent pas, au niveau international, de tendance lourde même s’ils peuvent être volatiles durant une journée ou une semaine ». Autre fait majeur, la montée en puissance du blé Russe qui gagne chaque année 10 Mt depuis trois ans et se positionne sur certains des marchés traditionnels de la France. L’UE est d’ailleurs en retard sur ses exportations quand la Russie est en avance…

– Benoit Rouillé (Comité national des coproduits – CNC) a rappelé l’édition cette année, par Reseda, de son étude sur les gisements français de coproduits et leur évolution depuis dix ans. Véritable encyclopédie, ce rapport est disponible sur le site de Reseda. Il décrit les filières de production et d’utilisation. La nutrition animale en consomme ainsi plus des trois quarts, pointe Patrick Chapoutot (co-président du CNC, Inra-AgroParisTech).  La table-ronde  a confirmé la professionnalisation dans la production (Christian Delporte – Roquette), la distribution (Bernard Margaron) et les usages (Cédric Letissier – Nealia, Christophe Deschamps, éleveur de porc) des coproduits qui ne peuvent toutefois pas être bien valorisés sans être convenablement caractérisés.

– Frédéric Sauvé (Bunge) a noté la situation très stable des cours des tourteaux de soja en 2017, liée à l’excellente récolte 2016 qui pourrait bien se renouveler cette année. Sauf en cas de difficulté météo pour la prochaine récolte en Argentine. La question des volumes se pose surtout pour le segment non OGM. La demande progresse et pourrait doubler en 2018 dans l’UE qui en importe déjà 3Mt soit 10% de ses achats. La production de soja non OGM dans l’UE n’est pas encore suffisant pour couvrir ses besoins.
– Emilie Halle (Saipol) renforce les interrogations sur les disponibilités de matières premières non OGM en rappelant combien les pressions règlementaires (plaintes des argentins et des malaisiens auprès de l’OMC, décisions européennes sur les % d’incorporation des biodiésels) pourraient peser sur les disponibilités de tourteaux de colza, très liés à la production de biocarburants.


Présentation Michel Portier
Frédéric Sauvé
dapibus sit adipiscing quis, Nullam commodo ut diam commodo dictum ipsum risus