Spécialiste des formations
en alimentation et productions animales
03
Décembre
Journées Matières Premières Aftaa. L’alimentation animale, un maillon charnière dans la gestion de la volatilité.
Compte rendu

bg-epi

Patricia Lecadre. Cereopa. L’alimentation animale est un maillon charnière dans la gestion de la volatilité. A l’interface de l’élevage et de l’aval, les professionnels de l’alimentation animale doivent naviguer entre marché des matières premières fluctuant et évolutions règlementaires. Comme chaque année, cette 31ème Journée Claude Thieulin qui s’est tenue le 3 décembre 2015 à Paris, répond à un double objectif : affiner l’analyse des participants sur les marchés agricoles et leur permettre de prendre du recul sur l’environnement des filières animales pour mieux anticiper.

Michel Portier (gérant Agritel) – Au niveau mondial nous n’avons pas eu d’accident climatique avéré cette campagne, donc le marché a été plutôt bien alimenté dans l’hémisphère nord, sans grosse surprise. Les bilans ont très peu changé, l’offre comme la demande étant plutôt stables au global, même si, en entrant dans les détails, on voit que le marché de chaque céréale présente des spécificités. L’essentiel des éléments fondamentaux sont déjà connus, surtout pour les matières premières libellées en euro. Notre conseil est donc de dire que l’essentiel des éléments baissiers est déjà pricé. Vu le niveau bas pratiqué sur le marché mondial et même si aucun élément haussier n’apparaît actuellement, nous sommes sur des points d’achat.

Lionel Porte (responsable du développement des produits, Euronext) – les marchés à terme servent à gérer les risques de prix, sécuriser sa marge et obtenir de la visibilité sur la formation du prix et de la transparence sur le prix des matières premières. Pour les fabricants d’aliments pour animaux, certains utilisateurs utilisent les marchés à terme depuis 1994, le démarrage du contrat colza à Paris. Plusieurs nouveautés depuis fin 2014 : le contrat prémium blé 3 en mars 2015 et le contrat blé 2 (qui date de 1998) n’en feront plus qu’un en 2017. Le complexe colza, lancé en novembre 2014, permet de compléter ses couvertures avec le tourteau de colza (75 lots traités chaque jour) et l’huile en sus de la graine. Euronext a également lancé un complexe laitier a été lancé en avril 2015 avec un contrat poudre lait écrémé, un contrat beurre, un contrat lactosérum, tous à livraison physique.

Catherine Lascurettes (secrétaire des comités laitiers à l’Irish Farm Association) – la volatilité des revenus des agriculteurs irlandais est très importante, elle est notamment liée à l’évolution des prix des produits industriels laitiers sur les marchés mondiaux car l’Irlande exporte 85% de sa production. L’Irish Farm Association essaye donc de soutenir une panoplie d’options pour les aider à gérer leur business et à investir malgré cette volatilité pour servir un marché global, porteur, qui augmente chaque année : incitation des opérateurs à créer des outils de gestion des risques dont des contrats à prix fixes avec indexation sur les coûts de production, négociation avec les banques pour autoriser des « vacances de remboursement »lorsque la situation est très tendue, construction avec le gouvernement de solutions fiscales….


Patricia Lecadre. Cereopa
Michel Portier. Agritel
Lionel Porte. Euronext
Catherine Lascurettes. Irish Farm Association
libero efficitur. dolor. Donec at Lorem accumsan