Spécialiste des formations
en alimentation et productions animales

Session du 1er juin. « Analyses, différenciation et économique : quand le laboratoire vous fait gagner !… »

Le 5 septembre 2017 à 5:10

Contrôle qualité, service formulation, voir même service achats. Tel est l’horizon des personnes, une très large majorité de femmes, qui ont assisté à la session du 1er juin à Rennes, dont le thème a été : « Analyses, différenciation et économique : quand le laboratoire vous fait gagner !… ».

De nombreux échanges ont eu lieu au cours de cette session, dont le programme a été apprécié des participants :

  •     Précision des valeurs qualité, l’impact sur les résultats économiques de l’entreprise de nutrition animale. Etienne Laffitte, Responsable technique Wisium France
  •     Jusqu’où aller en matière de précision d’analyse : le sens de l’incertitude analytique face à celle de l’échantillonnage – les contraintes réglementaires. Christophe Genouel, directeur scientifique, service commun des laboratoires CCRF Douanes – L35
  •    Evolutions techniques analytiques et robotisation au laboratoire : une révolution pour l’évaluation de la qualité et de la sécurité des produits. Yvon Gervaise, directeur SGS Rouen
  •    Comment lire un bulletin d’analyses et l’utiliser. Christophe Ferey, responsable laboratoire Artemis
  •    Oqualim : la structure du plan collectif et ses principes – quelques résultats significatifs. Céline Ravel, Ingénieure déléguée
  •    Prévention et gestion des risques contractuels, l’enjeu stratégique de la gestion des conflits : l’arbitrage en tant que stratégie de résolution des conflits. Irina Gueril, déléguée générale, Chambre Arbitrale Internationale de Paris.

 

Difficile de développer toutes ces interventions ou d’en choisir l’une plus que l’autre. Cependant, on peut citer celle de Christophe Genouel, du Laboratoire officiel d’Etat de Rennes pour le contrôle de la nutrition animale et Laboratoire National de Références (additifs, mycotoxines dans les produits végétaux et dans les denrées alimentaires d’origine animale, protéines animales et éléments traces métalliques en feed). Sa prestation a été remarquée avec des exemples concrets et clairs sur une thématique a priori peu engageante : l’incertitude analytique, qui est l’une des composantes de l’évaluation de la tolérance globale. Chaque laboratoire officiel doit estimer son incertitude analytique, dont l’impact économique est important. Cette incertitude s’impose progressivement aux autres laboratoires dans le cadre de la circulation des marchandises et des certifications. Autre composante de la tolérance globale : la qualité de l’échantillonnage… mise en avant aussi par d’autres intervenants.

Le succès de cette session devrait aboutir à l’inscription d’une nouvelle journée au programme de l’AFTAA.

A lire : article paru dans la Revue de l’Alimentation Animale : AFTAA session analyse RAA 201707